Plaçons-nous inconsciemment trop de pression sur nos chiens?

 

 

Cet article pourrait être susceptible de heurter certains esprits, et le mien aurait probablement été choqué également, avant que je n'acquière certaines informations et connaissances essentielles dans le domaine de l'éthique dans le monde du chien au cours de ma formation canine  avec Turid Rugaas. 

Au fil du temps, les connaissances dans le monde du chien évoluent , même la science valide certaines observations à l'heure actuelle. Dès lors, remettre en question certaines idées obsolètes, des mythes ou accepter des faits innovants peut demander un certain seuil d'humilité, de compréhension, une actualisation des idées préconçues, de la tolérance, de l'empathie et un certain temps d'intégration avant que les consciences évoluent et que les nouvelles connaissances aboutissent à un changement d'attitude et de paradigme.

 

Plaçons-nous inconsciemment trop de pression sur nos chiens?

Je viens de terminer mon 5ème week-end de formation TR-PDTE Turid Rugaas, au cours duquel j'ai été validée en ce qui concerne mes perceptions et la priorité que je désire donner dans la relation au chien, et à d'autres espèces animales de mon entourage.  Toutefois, dans cet article, je resterai concentrée essentiellement sur le chien.

Depuis quelques temps déjà, j'avais fait une importante prise de conscience en observant mes propres chiennes, ainsi que d'autres nombreux chiens que j'ai rencontrés sur mon parcours. 

Toutefois, en particulier, au cours de ce week-end de formation Turid Rugaas, j'ai été validée que j'étais sur le bon chemin en ce qui concerne mes perceptions, mes observations et de l'objectif duquel je tente de m'approcher le plus étroitement possible avec l'expérience, l'observation, la connaissance et beaucoup de temps. Ce concept est pour moi un chemin à suivre, et non un aboutissement en soi.

Je suis actuellement de plus en plus consciente d'un des facteurs essentiels que je placerai à l'avenir en priorité dans ma relation au chien : la lecture du langage corporel du chien et la prise en compte de son état émotionnel dans toute interaction ou activité entreprise avec lui, respecter ces principes et y répondre le plus adéquatement possible en fonction de mes connaissances et observations en constante évolution.

Depuis un certain temps, j'avais déjà senti, qu'avant même d'entreprendre quoi que ce soit avec un chien (accueil, relation, activité, sport, interaction, soins, etc.), l'essentiel est de le comprendre, et de respecter ce qu'il désire nous communiquer, et d'y répondre adéquatement en ajustant notre compréhension, notre attitude, notre état d'esprit, notre intention, notre langage corporel ou nos méthodes éducatives, relationnelles ou de soins.

Nous avons toujours le choix, soit d'être menaçants (par manque d'informations) ou amicaux en augmentant nos compétences et nos connaissances dans notre relation à notre chien. En somme, lui donner le droit à l'expression de son individualité, de ses émotions et de ses choix, en respectant sur sa nature profonde.

Certes, cette remise en question peut demander un certain niveau d'humilité de notre part, car en général nous avons tendance à contrôler la vie de notre chien par besoin, par sécurité, certes, mais aussi par égo, par manque d'informations, et dans certains cas plus rares, par prise de pouvoir.  Dans notre monde, le chien n'a plus beaucoup le choix.

Nous demandons sans cesse aux chiens de s'adapter à notre monde, et même si la plupart des chiens sont adaptables, s'intéresser à la façon dont ces êtres vivent et répondent à notre environnement ou à ce que nous leur demandons, choisissons pour eux ou leur imposons, me semblent des facteurs primordiaux lorsque nous envisageons l'harmonie et l'équilibre dans notre relation dans le respect de la nature et de l'individualité de l'être que nous avons choisi d'accueillir dans notre vie.

En bref, se mettre au niveau du chien et à son écoute à travers l'expression de son langage, qui peut nous en dire beaucoup sur son état émotionnel et les choix qu'ils feraient s'il en avait la possibilité.

En somme, au cœur de notre relation, il semble judicieux de placer une de nos priorités sur le fait d'améliorer nos propres compétences en ce qui concerne la lecture de l'expression du langage corporel et émotionnel du chien, d'y répondre avec respect en ajutant notre attitude ou la situation en cas de besoin, tout en veillant au contexte et à la personnalité du chien.

Pour atteindre cet objectif, l'essentiel est d'observer les chiens avec attention, sans jugement de valeur, et sans émettre de conclusion ou d'interprétation hâtive. Chaque chien et contexte sont différents, il est important d'en tenir compte et de ne pas généraliser.

Simplement, observer avec compassion, attention et empathie le langage corporel et émotionnel du chien et y répondre adéquatement, comme vous le feriez avec votre meilleur ami humain.  Etablir, une communication bidirectionnelle, et non à sens unique, comme c'est trop souvent le cas dans le milieu canin.

Au-delà de certains sens, les chiens communiquent essentiellement à travers leur langage corporel, c'est la partie visible de l'iceberg.  Leurs signaux sont parfois si subtils, mais tellement clairs lorsque nous nous y intéressons de plus près. 

Nous pouvons apprendre à lire l'état émotionnel du chien en s'intéressant à son langage corporel. Il y a toutefois des réserves dans l'expression du langage corporel d'un chien, comme par exemple, lorsque le chien est profondément déprimé ou stressé, ses signaux corporels pourront être de nature différente, mais perceptibles toutefois encore pour un observateur chevronné.

Si vous savez "lire" un chien, vous pourrez très vite vous apercevoir de son état émotionnel, si l'activité que vous entreprenez avec lui, lui plaît ou non, si la façon dont vous vous approchez de lui ou le caressez lui convient ou non, si l'interaction qu'il a avec son congénère est confortable ou non, si la manipulation lui plaît ou non, ou toute autre situation de la vie courante.

En fait, en lisant le langage corporel de votre chien dans sa globalité, vous pourrez le préserver de beaucoup de situations désagréables ou renforcer celles qui lui plaît. Sans une lecture précise de son langage corporel, nous pouvons participer involontairement à amplifier l'inconfort de notre chien, lui mettre la pression, voire même le briser irréversiblement, car l'impuissance acquise et la dépression existent aussi chez le chien.

En améliorant nos compétences de la compréhension du langage canin, nous pourrons aussi éviter beaucoup de déconvenues, et voir à quel point parfois, nous pouvons placer énormément de poids émotionnel sur nos chiens à travers les activités que nous lui proposons.  Tout son corps parle, il suffit d'observer et d'y répondre  adéquatement.

Personnellement, je m'engage dès à présent, à amplifier ma vigilance en matière de langage corporel de mes chiennes, et cela quelle que soit l'activité, l'interaction ou la situation qui se proposeront à elles.

J'avais déjà constaté certaines choses chez mes chiennes et les chiens que je rencontre.  Au fil du temps, j'ai pris des notes, étoffé mes perceptions et mes observations, lu plusieurs livres qui sont venus valider ma conviction.  Et, je m'aperçois, que plus j'affine ma compréhension du langage corporel et émotionnel, et plus je respecte mes chiennes, leur confort émotionnel et leurs choix.

D'autre part, si la plupart des gens approfondissaient leurs connaissances du langage corporel canin, beaucoup d'activités dans le monde du chien prendraient une autre forme.  Je m'aperçois, à quel point, sans le vouloir ou tout le moins, inconsciemment, nous pouvons placer une énorme de charge émotionnelle sur nos chiens en leur en demandant de trop. 

En apprenant à lire le langage corporel du chien, nous serons informés de suite, si nos actions le rendent mal à l'aise ou non, si nous contribuons à le stresser ou non, si nous devons l'éloigner d'une situation ou intervenir dans une interaction avec un de ses congénères ou un autre humain, si l'activité que nous avons choisie pour lui le met sous pression ou pas, nous saurons très vite si notre chien aime ou n'aime pas, est fatigué ou pas, est heureux ou pas, si l'entraînement lui convient ou s'il est temps d'arrêter, ou s'il est dans l'inconfort physique ou non. Le langage corporel et émotionnel est un baromètre essentiel dont nous devrions tenir compte dans toute interaction avec lui ou avec son environnement.

Si l'activité, l'interaction ou l'environnement sont trop stressants, très vite le chien va l'indiquer par un langage corporel clair.  Au début ce seront de petites choses, mais plus le stress monte et plus le chien se manifestera, et de l'extérieur, il peut sembler hors de contrôle, à force de ne pas avoir été entendu.  Si le chien est heureux et détendu, vous le remarquerez aussi par son langage corporel, attention qu'une queue qui bat très vite n'est pas toujours signe de contentement.

C'est à travers l'observation minutieuse des chiens qui m'entourent, que l'initiative de donner la priorité au langage corporel s'est présentée comme une évidence à moi.  Certes, je suis au début de mon chemin.  Toutefois, je me suis engagée à améliorer mes compétences et à approfondir mes connaissances à dessein de mieux comprendre et respecter mes chiennes, et ensuite j'ai l'intention de partager le fruit de mes observations avec d'autres personnes intéressées pour élargir cet égrégore. 

Je rêve d'un monde meilleur où le langage corporel du chien sera placé en priorité dans la relation que nous entretenons avec lui et dans les activités ou soins que nous lui proposons.  Les chiens communiquent sans cesse, ils ne demandent qu'à être entendus et reconnus.

Comprendre votre chien est une partie essentielle de votre relation. Cela peut vous aider à reconnaître la différence entre ce dont il a besoin et ce qu'il veut, s'il est inquiet ou confortable avec la situation, l'interaction ou l'activité qui se présentent à lui, s'il a le choix ou pas, etc.

Bien que beaucoup de gens reconnaissent quand leur chien est bouleversé ou craintif, la tendance est seulement de le reconnaître quand il commence à aboyer, à pleurnicher ou à gronder. Un chien n'a souvent recours qu'à la voix si sa communication précédente a été ignorée ou mal interprétée.

A chaque fois que le chien est mis sous pression, soit à travers des outils coercitifs, des exercices inappropriés (même quand nous pensons bien faire) ou des méthodes inamicales, un ton de voix brusque, des tractions sur la laisse, une approche trop directe, des mouvements saccadés de notre part, voire même un état d'esprit contrarié, une interaction peu polie ou trop émotionnelle avec des congénères, ou une balade canine trop stressante, etc., le chien vous répondra par un langage corporel clair pour exprimer son état d'esprit et émotionnel.

Pour la plupart d'entre nous, ces signaux passent inaperçus ou sont source d'incompréhension. Les chiens sont des maîtres dans l'art d'observer et de communiquer avec leur langage corporel, nous aussi, mais nous avons perdu les clés, en plaçant le langage verbal et notre intellect en priorité.

Afin de mieux comprendre le langage de notre chien, il est important d’apprendre quelques bases. Il est essentiel de rester ouvert d'esprit, de remarquer comment et quand un chien utilise son corps et il faut essayer de ne pas interpréter trop tôt. En gardant cela à l'esprit, nous sommes prêts à observer nos chiens.

Être conscient du nombre et de la variété de signes montrés, ainsi que du contexte dans lequel le langage est exprimé donneront des informations précieuses sur la façon dont le chien vit la situation et s’il a besoin ou non de soutien. Une fois que nous pourrons reconnaître une variété de signes, il deviendra clair que le chien manifestera plus librement ce qu'il vit intérieurement.

Pensez à vous lorsque vous tentiez de vous exprimer lorsque vous étiez enfant, et que vos parents ne vous reconnaissaient ou ne vous écoutaient pas.  Le sentiment qui émergeait était probablement de la frustration, de la colère, de la tristesse voire de la dépression.  D'autre part, être entendu dans son vécu engendre d'autres émotions beaucoup plus agréables qui renforcent la confiance en soi et en l'autre. Il en va de même pour nos chiens.

Beaucoup de stress pourrait être évité chez le chien, si nous améliorions nos compétences en matière de lecture du langage canin et placions notre priorité à mieux lire leurs signaux corporels, et à y répondre adéquatement.

Nos chiens utilisent toujours le langage du corps pour communiquer avec nous. La seule chose qui nous empêche de les écouter est notre manque de conscience, d'information, de compréhension et de compétence. Cela signifie qu'il est essentiel pour nous d'apprendre ce que les chiens tentent d'exprimer et d'agir de manière appropriée.

Comprendre la communication de base est essentiel pour une relation positive entre le chien et son référent humain, mais ce n'est que le début: c'est ce que nous faisons avec cette information qui est vraiment important.

Comprendre la façon dont un chien communique devrait être un mode de vie. Si nous comprenons ce que nos chiens nous expriment, les reconnaissons et les écoutons, nous pourrons mieux les soutenir et éviter de nombreuses situations difficiles, inconfortables ou potentiellement dangereuses.

En acceptant l'état émotionnel du chien, de nombreux outils coercitifs seraient aussi définitivement relégués aux oubliettes. Utiliser la coercition, sous quelle que forme qu'elle soit, traduit un état d'impuissance dans toute relation.

Si nous négligeons constamment ces signes subtils du langage corporel, le chien finira par s'exprimer plus fort et ira directement à aboyer, ou pire, à mordre - son dernier recours. Par contre, certains chiens dépriment, tellement ils sont réprimés dans l'expression de leur langage.

Nous ignorons effectivement une grande partie de leur communication, leur laissant peu d’options. Si nous pouvions simplement écouter et comprendre les signaux que nos chiens émettent, nous pourrions éviter ces situations et, grâce à cette compréhension, améliorer la relation homme/chien.

Au lieu de cela, nous avons tendance à émettre des ordres, à faire entendre notre voix ou même à punir les chiens qui utilisent des comportements qui, dans leur propre société, sont parfaitement naturels et acceptables. Nous ne pouvons pas nous attendre à ce qu’ils apprennent toute l’étiquette sociale de notre société, alors que nous restons inconscients de la leur.

En fait, le premier choix de communication d'un chien est le langage corporel. Comme il est très visuel, le message est immédiat.  Bien que nous puissions l’utiliser très subtilement,  mais comme nous dépendons beaucoup de la langue parlée, nous avons perdu beaucoup de notre conscience du langage corporel des autres.

Nos chiens utilisent leur langage corporel dans presque toutes les interactions avec nous, mais malheureusement cette information est perdue dans la traduction et est souvent mal interprétée. Cela signifie que notre relation a tendance à être à sens unique. Nous pouvons leur parler, mais nous sommes trop souvent inconscients de l'éventail de choses qu'ils essaient de nous partager.

Afin de mieux comprendre le langage de notre chien, il est important d’apprendre quelques bases, il existe de très bons livres en anglais à ce sujet, dont les merveilleux livres de Turid Rugaas, dont celui qui aborde les signaux d'apaisement.

Au cours de ce week-end de formation canine, notre formatrice Anne Lill Kvam (http://www.pdtevienna2018.at/?page_id=92), nous a expliqué comment Turid Rugaas avait été huée et moquée par certaines personnes lorsqu'elle a commencé à répandre le concept du langage corporel et des signaux d'apaisement, il y a plus de 20 ans déjà maintenant. 

Les informations de Turid Rugaas ont bousculé beaucoup d'idées préconçues dans le monde canin. Aujourd'hui, son enseignement est diffusé et reconnu dans le monde entier.  Changer les consciences demande du temps! 

A ce sujet, cette année, Turid Rugaas a reçu  la Médaille du Mérite du Roi Harald V de Norvège pour son travail dans le monde et le bien-être du chien. (voir ce lien : http://en.turid-rugaas.no/medal.html)

Pour poursuivre, il est important de rester ouvert d'esprit, de remarquer quand et comment les chiens utilisent leur corps pour communiquer avec nous sans cesse et pour nous informer de leur état émotionnel.  Une fois que nous pourrons reconnaître une variété de signes, il deviendra clair de reconnaître comment le chien se sent, et de pouvoir lui répondre adéquatement, respectueusement, poliment et amicalement. 

En reconnaissant le langage corporel du chien, nous pourrons également devenir proactif, au lieu d'être réactif, nous pourrons apprendre à anticiper une situation pour aider le chien si nécessaire ou lui laisser le choix de prendre sa propre décision en fonction de la situation.

Les choses à observer sont principalement le langage corporel et la position, y compris la position de la tête et du cou, des oreilles, la position et l'activité de la queue, les poils levés sur les épaules ou le dos, la position des yeux et des oreilles, l'expression du visage et la position de la bouche, ainsi que les vocalisations. D'autres attitudes sont aussi à observer pour avoir un aperçu de l'état émotionnel du chien, mais cela demande des connaissances approfondies que nous pouvons acquérir.

Tout comme les gens, certains chiens sont de meilleurs communicateurs que d'autres.  La race, le type d'oreilles, le pelage, la queue, le niveau de stress interviennent aussi.

D'autre part, plus le chien est détendu, sociable et sans stress, et plus sa communication sera affinée et claire.  Par contre un chien dans un état de stress chronique verra son mode de communication adapté à son seuil de stress.  De l'extérieur on pourrait même croire qu'il a perdu certains codes canins.  D'autres chiens, à force de ne plus être entendus, passent directement à un mode supérieur.

Il est essentiel de devenir avant tout un excellent observateur, avant de sauter directement aux conclusions ou à l'interprétation, et de toujours replacer les informations dans le contexte et en fonction de l'individu pour tenter de se rapprocher au mieux de la traduction de l'état émotionnel du chien ou des informations qu'il désire nous communiquer. 

Dans ce contexte, observer également notre propre langage corporel et la façon dont le chien y répond est aussi une clé essentielle dans la communication, notre langage corporel a un impact considérable sur l'état émotionnel du chien.

Ces dernières années, la recherche scientifique a suscité de nombreuses nouvelles idées sur le chien, ses émotions, ses sentiments et sa manière de communiquer avec les humains. Ces notions bousculent non seulement beaucoup de vieilles idées ou des mythes, mais nous incite également à regarder différemment notre propre chien.

En devenant un expert du langage corporel en approfondissant vos connaissances, votre relation s'enrichira et se renforcera.  Votre chien se sentira entendu, plus détendu et davantage en sécurité émotionnelle. Son niveau de stress s'équilibrera, et le niveau de son bien-être sera en homéostasie au prorata de ce que vous aurez mis en place pour lui dans sa vie.

Nous pouvons vraiment apprendre beaucoup en nous intéressant au langage corporel du chien, dans toutes les situations de la vie.  Notre relation sera basée sur la confiance mutuelle, et notre chien apprendra que dans chacune des situations de sa vie, il se sentira reconnu et entendu, et il vous en appréciera d'autant plus, et surtout, il se sentira en sécurité émotionnellement.

C'est une des plus grandes leçons que j'ai tirée de mon expérience avec nos propres chiennes, et les chiens que je rencontre le long de mon parcours.  La formation canine de Turid Rugaas à laquelle je participe est venue amplifier et confirmer mes connaissances, et avec le temps, je me souhaite d'acquérir encore davantage de compétences. 

Je vous souhaite sincèrement de tirer un enseignement bénéfique à travers l'observation de votre propre chien, et que ce mouvement puisse amplifier encore davantage votre relation de confiance mutuelle, son bien-être et le lien qui vous unit.

Sylvia Kramer - 25 août 2018 - merci de respecter la source.

Auteure du livre "Stop! A la malbouffe croquettes de nos chiens et chats" Editions Résurgence