Pour la défense des chiens

 

 

Pourquoi les chiens nécessitent-ils notre compréhension?

 

Vers un nouveau paradigme...

 

"In defence of dogs" un livre de John Bradshaw

Voici quelques thèmes abordés par le Professeur John Bradshaw dans son livre "In defence of dogs"(en anglais uniquement)

Avant d'aller plus loin, il faut préciser que le Professeur John Bradshaw n'est pas un dresseur de chiens. Le Professeur John Bradshaw est un scientifique, il est le Fondateur et le Directeur de l’Institut d’Anthro-zoologie de l’Université de Bristol. 

Ce scientifique a consacré les 25 dernières années à l’étude du chien domestique et il a écrit un livre fantastique, In Defence of the Dogs, publié aux États-Unis en 2012 où il est devenu un best-sellers et est sur le point de devenir une lecture obligatoire pour les amateurs de chiens.

Le Professeur Bradshaw ne s'intéresse pas au ouï-dire canin. Il ne colporte pas les opinions. Son style est tolérant, clair et il ne s'intéresse qu'à ce que la science peut supporter. Son livre est une révélation - une révision majeure de la façon dont nous traitons et comprenons nos chiens, un renversement de ce que l’on pourrait appeler le dogme traditionnel.

La première idée à mordre la poussière est si énorme et si bien ancrée que certains amateurs de chiens auront du mal à s'adapter.

A travers le monde, de nombreux formateurs canins nous ont fait comprendre que parce que les chiens sont des descendants des loups (leur ADN est presque identique), ils se comporteraient comme des loups et pourraient être compris comme des animaux de meute.

La pensée reçue a été que les chiens cherchent à «dominer» et que notre tâche est de nous affirmer en tant que chefs de meute Alpha et de ne pas permettre aux chiens d’avoir la patte supérieure.

Le Professeur Bradshaw ne se dispute pas au sujet de l'ADN. Son argument est que, par le passé, les chercheurs ont étudié les mauvais loups et qu'ils ont donc tiré des conclusions erronées.

John Bradshaw dit: "Les gens ont étudié le loup  américain parce que le loup européen était pratiquement éteint. Et le loup américain n'est pas du tout proche de l'ascendant du chien domestique."

L'hypothèse du Professeur Bradshaw est que les chiens domestiques sont issus de loups plus sociables, mais que "peu importe comment était l'ancêtre du chien, nous ne l'avons plus aujourd'hui".

Les loups vivants actuellement sont des spécimens peu fiables, nécessairement des diamants bruts, qui ont pu "survivre à l’attaque que nous leur avons donné".

Et voilà le problème: les nouvelles recherches -y compris le travail avec les chiens de villages indiens- montrent que les chiens ne mettent pas en place des meute de type loup. Ils ne s’organisent pas comme le font les loups. En d'autres termes, les chiens ne cherchent pas la domination du ménage.

Le Professeur Bradshaw affirme, avec des preuves et des convictions, que c'est la conception erronée de la préoccupation d'un chien pour la hiérarchie qui encourage "les méthodes d'entraînement basées sur la confrontation et la punition" - dans lesquelles on inclut ce qu'il appelle "la domination". Certaines des techniques de suprématie qu'il décrit - "attraper par le cou et secouer" - sont incontestablement barbares.

La théorie du Professeur Bradshaw est que quelque chose s'est produit dans le cerveau de certains loups qui a rendu possible la double socialisation. Les humains ont développé une propension à prendre des animaux de compagnie, et ces loups sont arrivés - ce sont les protodogs. Les protodogs ressemblaient exactement à des loups. Ce n'était pas une intervention de notre part, mais plutôt un environnement culturel très différent.

Voir cette vidéo : Loup VS Protodog

https://www.youtube.com/watch?v=z9tBH94FYc0

 

Loups VS Protodogs

Une différence essentielle entre les chiens et les loups n'est pas leur apparence, mais plutôt leur comportement. Les chiens ont la capacité de socialiser avec les deux espèces, la nôtre et la leur, et la capacité unique de continuer à fonctionner en tant que membre de leur propre espèce tout en établissant et en maintenant des relations avec la nôtre.

Bradshaw croit que notre relation avec les chiens a été malheureusement déformée. Il écrit: "L'idée la plus répandue et la plus pernicieuse qui sous-tend les techniques modernes de dressage de chiens est que le chien est amené à établir une hiérarchie de domination où qu'il se trouve."

Il explique que les chiens apparemment "dominants" sont généralement "anxieux", plutôt "qu'ambitieux".

Le Professeur énonce: "Les chiens ne veulent pas contrôler les gens, ils veulent contrôler leur propre vie. C'est ce que nous visons tous - garder le contrôle de notre propre vie. C'est un besoin biologique fondamental".

Mais, le Professeur Bradshaw est loin de suggérer que nous relâchions nos efforts pour former nos chiens (ce sont les méthodes d’entraînement plus brutales qu’il aimerait bannir).  La plupart des théories canines arbitraires trouvent leur source dans les théories établies sur base des observations des loups, et elles sont loin d'être cohérentes, et surtout elles peuvent blesser irréversiblement la confiance que les chiens ont en nous ou du moins, leur faire peur. 

Le Professeur Bradshaw privilégie une formation humaine et basée sur les récompenses. Les dernières données scientifiques montrent que les chiens apprennent à "faire plaisir à leurs référents humains". C'est merveilleux d'entendre cela et c'est un soulagement de laisser tomber toutes les pensées d'une lutte de pouvoir primitive.

Les chiens nous aiment clairement et le démontrent de plusieurs manières, mais qu'est-ce qui les motive à répondre à nos demandes et à suivre notre exemple?  Le Professeur dit que le contact humain a une valeur de récompense élevée pour les chiens. Une simple attention de notre part est gratifiante.

Et si cette attention vient en jouant avec eux, cela peut être une double récompense. Le vrai plaisir est l'interaction que le chien a avec vous. Retirez votre attention, ignorez le chien et le chien trouvera ce retrait d’attention aversif.

Le Professeur Bradshaw écrit aussi que les chiens ont été choisis pour former des liens forts avec les humains, et que beaucoup souffrent d'anxiété de séparation. Des études ultérieures, au cours desquelles les scientifiques ont filmé des chiens laissés seuls, ont montré que l'auto-déclaration des propriétaires sous-estimait l'ampleur du problème d'anxiété de séparation.

L'essentiel est de faire en sorte que les référents humains entraînent le chien à comprendre qu'ils reviendront. L'anxiété de séparation n'est pas un désordre chez le chien, mais à la base un comportement parfaitement naturel.  Les chiens aiment la compagnie des humains et de leurs référents.

Le Professeur ajoute: "Nous avons sélectionné les chiens pour être très dépendants de nous. La recherche a montré que quelques minutes d'attention amicale d'une personne sur deux jours consécutifs suffisent à rendre certains chiens de refuge désespérés à rester avec cette personne. Leur attachement aux humains est si fort, et c'est aussi pourquoi nous les apprécions tellement.

Sylvia Kramer

Auteure du livre "Stop! A la malbouffe croquettes de nos chiens et chats" Editions Résurgence

Source : "In defence of dogs" un livre de John Bradshaw