Photo : blocage osteoarticulaire et musculaire induit par les harnais type Julius antitraction

LES RISQUES LIÉS À UN HARNAIS NON ADAPTÉ : EXEMPLE DU JULIUS

Choisir un harnais n’est pas si simple que çà, et pourtant essentiel pour le confort et la santé du chien.

Les points clés

La liberté de mouvement des épaules est essentielle. Une épaule de chien, c’est une articulation, des zones tendineuses sensible (en particulier l’insertion du tendon du muscle supra-épineux et du tendon du biceps), des masses musculaires importantes (trapèze, pectoraux, rhomboïde, muscle sternocéphalique)… C’est une articulation complexe et fragile qui doit être libre de se mouvoir sans contrainte dans le harnais.

Image : La sudure thorax-épaule chez le chien (Therin, 1988)

Libérer la trachée est également essentielle, mais pas si compliquée que çà à vérifier. Une non adaptation entraîne souvent un bruit de cornage assez caractéristique. Le principe est que le harnais n’appui par sur la trachée, mais au niveau du manubrium sternal lorsque le chien est en traction.

La largeur du harnais doit encadrer la cage thoracique en permettant l’inspiration/ expiration. Trop serré, il gène les mouvements respiratoires et du grand dorsal. Trop serré, vous avez aussi une augmentation des risques de blessure par frottement. Trop lâche, il tourne, frotte, et réparti mal la charge.

Enfin sur l’arrière-main, les deux pointes des iliums doivent également être libre dans les mouvements latéraux, et la jonction lombosacrée libre des mouvements dorso-ventraux.

 

Lire la suite sur ce lien :

 

https://www.ffst.info/articleveterinaire-les-risques-lies-a-un-harnais-non-adapte-exemple-du-julius/